AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Everyday I start so great then the sunlight dims.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Carson Haynes
Scientific discovery may not be better than sex, but the satisfaction lasts longer.
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 21/05/2010

Feuille de personnage
notepad:

MessageSujet: Everyday I start so great then the sunlight dims.   Mar 13 Aoû - 15:21


But I stay down, with my demons.
I stay down, with my demons.

Allongé dans son canapé, les pieds posés sur la table et une bière sur le ventre, Carson se transformait doucement mais sûrement en cliché du beauf américain. Il ne s’en rendait pas compte malgré les lourds soupirs de son chien à chaque fois qu’il se mettait à râler contre la télé à cause du manque de programmes intéressants – il en avait marre des énièmes rediffusions des aventures de Brady Barr sur sa chaîne préférée – ou, et cela était bien pire, qu’il indiquait aux protagonistes des films qu’il regardait où il fallait se diriger ou non comme si ces derniers étaient en mesure de l’entendre. Aux alentours de vingt-trois heures, il passa une main sur son menton mal rasé et se décida à se lever lorsque son téléphone vibra. Il lut vite le message et lâcha un grognement mécontent. Lyle, son plan cul régulier depuis que Baxter avait abandonné la place, lui annonçait qu’il ne pourrait pas venir chez lui avant quelques heures encore. Autrement dit une éternité pour Carson qui trouvait déjà le temps bien trop long. « Qu’il aille se faire foutre, » maugréa-t-il en abandonnant son téléphone dans un coin et s’éloignant dans la salle de bain. Moins de quinze minutes plus tard, il en ressortait beaucoup plus présentable et il crut presque décelé un regard d’approbation en provenance de son chien – peut-être était-ce seulement dû à son imagination, la solitude ne lui seyant guère. Il songea à envoyer un SMS à Lyle pour lui préciser qu’il n’était pas la peine de faire le déplacement, même plus tard, mais il se ravisa. Qu’il aille se faire foutre, oui, et qu’il fasse le déplacement pour rien, cela lui ferait les pieds. Haynes n’aimait pas qu’on lui posât un lapin ; lui, aussi ingrat fût-il, les évitait un maximum, alors pourquoi devait-il les supporter ? Il y avait tout un tas de poissons dans l’océan qui ne demandaient qu’à être ferrés. Et c’était ce qu’il comptait faire ce soir.

Il marcha un bon moment jusqu’à tomber sur un taxi, à qui il donna la direction d’un bar qu’il fréquentait souvent et qui avait le mérite de se trouver à la périphérie de la ville, là où il ne risquait pas de tomber sur des visages connus. Lui, par contre, commençait à avoir une petite réputation, bien qu’il ne fût pas leur plus grand client. Il ne passait simplement pas inaperçu et ressortait quasiment à chaque fois avec quelqu’un à son bras. Néanmoins, si les employés le reconnaissaient de loin, il se gardait de partager son nom, l’anonymat était maître-mot de ses petites sorties dans les clubs et bars gays. Réputation oblige.
« Tiens, ça faisait longtemps, » l’accueillit l’agent de sécurité à l’accueil avec un large sourire. « Personne avec vous, ce soir ? La chasse est ouverte ? » Carson répondit d’un hochement de tête accompagné d’une petite grimace. « Personne pour l’instant. On en reparle dans une heure ou deux. » Le vigile éclata de rire avant de le laisser entrer. L’expression amusée de Haynes s’effaça lorsqu’il réalisa que ce qui l’avait tenu éloigné de l’un de ses endroits préférés était un terme dont il avait pourtant horreur : monogamie. En effet, si sa relation avec Baxter n’avait jamais eu de caractère officiel, il avait perdu l’envie d’aller voir ailleurs quand il se fréquentait de façon régulière. Et encore à ce jour, il n’avait connu que trois partenaires depuis qu’il avait commencé à voir son collègue. Cela ne lui ressemblait pas, mais alors pas du tout. Pas étonnant qu’il avait le moral au fond des chaussettes en ce moment ; il était grand temps de ressortir le grand jeu et de retrouver le Carson d’antan. Celui qui faisait preuve d’insouciance, d’infidélité, qui ne déprimait pas en imaginant des lèvres roses charnues et de grands yeux d’un bleu hypnotisant.

« Un vodka martini, » commanda-t-il au serveur, souhaitant se la jouer très James Bond ce soir. Il attrapa sa commande rapidement réalisée avec un clin d’œil avant de s’éloigner pour trouver une table plus au calme, dans la partie des « grandes personnes », laissant la piste de danse aux jeunes tout juste sortis de l’adolescence. Il ne faisait pas dans le baby-sitting ou le dépucelage. Il prit place dans un fauteuil libre et se mit à feuilleter la carte de l’établissement, il la connaissait quasiment par cœur mais elle lui permettait de faire un examen des personnes présentes sans les regarder directement. Il passa rapidement en revue l’assistance, occultant les couples ou les groupes trop bruyants, et s’arrêta sur le seul individu non accompagné dans cette partie du bar. Ce dernier sembla croiser son regard et Carson reporta son attention sur la carte, sauf qu’il se sentait toujours épié et un sourire se dessina sur ses lèvres. Un blond. Il aimait bien les blonds, ça faisait longtemps qu’il n’en avait pas testé un.

_________________
    I'll worship like a dog at the shrine of your lies.
    My Church offers no absolutes. He tells me, 'worship in the bedroom.' The only heaven I'll be sent to is when I'm alone with you. I was born sick, but I love it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wade Anderson

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 22/04/2013

Feuille de personnage
notepad:

MessageSujet: Re: Everyday I start so great then the sunlight dims.   Jeu 15 Aoû - 20:17

Wade avait bien tenté de convaincre Samuel de l'accompagner dans une virée afin de lui changer les idées mais ce dernier ne souhaitait pas sortir de sa tanière et Wade avait presque tout essayé, jusqu'à finalement abandonner le professeur chez lui pour se la faire seul cette petite virée. Depuis son arrivée en ville il avait mit le frein sur les sorties et excès en tout genre, chose qu'il aurait du faire bien avant s'il n'avait pas été aussi con avec son ex. Mais le passé était le passé et ce soir Wade avait l'intention de profiter du présent, sans forcemment se chercher un futur. Il avait besoin de s'amuser, le 'vieux' Wade trépignait de se faire le tour des bars ainsi qu'autre chose et le blond n'avait aucun doute sur ses capacités pour atteindre cet objectif. Rentrer dans un bar c'était familier, même s'il ne connaissait pas l'établissement, les codes étaient les mêmes partout. Les jeunes d'un côté, les gays de l'autre, les couples et groupes ailleurs...Wade savait exactement ce qu'il cherchait et il s'installa donc au bar, ce qui lui permettait d'avoir une bonne vue sur la salle derrière lui et sur son futur amant. Il commanda un whisky, flirtant avec le barman jusqu'à ce que ce dernier doive s'occuper d'un autre client. Wade ne se priva pas pour le matter en soupirant, sachant pertinemment qu'il ne serait pas assez patient pour l'attendre jusqu'à la fin de son service. Il brit une gorgée du liquide ambrée puis jeta un regard aux alentours avant de croiser une paire d'yeux bleus au dessus du menu du bar qui détourna rapidement le regard lorsqu'il constata que Wade l'avait repéré. Ce dernier fronça des sourcils et détailla l'inconnu de haut en bas, appréciant son corps fin mais qu'il devinait un tantinet musclé sous ses vêtements. Ce n'était pas un petit jeune à la recherche d'une nouvelle expérience, il devait même être plus âgé que Wade ce qui ravit le jeune homme. Les inexpérimentés non merci, ou enfin pas pour ce soir. Wade avait besoin de décoller et d'aller au 7ème ciel, pas de perdre son temps. Il attendit quelques minutes, terminant son verre avant d'un commander un autre, indiquant le fauteuil où se trouvait Carson avant de se lever et de venir le rejoindre, s'arrêtant juste devant lui. « On ne t'a jamais dit que c'était mal poli d'épier ? » demanda t'il avec un petit sourire avant de s'asseoir sur le fauteuil face à lui, sans attendre de réponse de la part de Carson. Il pouvait déjà sentir un frisson le gagner et toute pensée concernant son ex s'envoler petit à petit alors qu'il se laissait aller à une nouvelle observation plus détaillée du professeur alors que ce dernier reposait la carte, laissant découvrir un joli minois. Cette soirée s'annonçait de mieux en mieux. « Moi c'est Wade, je viens d'arriver en ville. » dit il simplement. Pas besoin d'aller plus loin pour ce qu'il avait en tête pour Carson. Moins il donnait d'informations, plus c'était facile de tourner la page au petit matin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carson Haynes
Scientific discovery may not be better than sex, but the satisfaction lasts longer.
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 21/05/2010

Feuille de personnage
notepad:

MessageSujet: Re: Everyday I start so great then the sunlight dims.   Dim 25 Aoû - 21:41

Les rencontres dans les bars répondaient toutes au même schéma. La recherche, le contact visuel, l’approche, la conversation et le retour à la maison ; il n’y avait en général pas de dérogation à ces règles, chaque partie ayant parfaitement conscience des envies de l’autre et vice-versa. L’individu qui lui faisait désormais face et l’avait presque fait sursauter sur son fauteuil semblait répondre à l’ensemble des critères requis pour passer une bonne soirée. Il ne s’en voulait pas le moins du monde de le juger uniquement sur son apparence – après tout, c’était bien ce que lui-même venait de faire avant de décider de l’accoster – puisqu’il s’agissait là de son modus operandi. « Je n’épiais pas, » assura-t-il en reposant le menu sur ses genoux, dans des mouvements lents et une tentative de se la jouer mystérieux. « J’appréciais la vue, » ajouta-t-il après un moment, un sourire intéressé aux lèvres. Pas la peine de jouer l’inaccessible pour ce soir, il était clair que ni l’un ni l’autre ne tomberait dans le panneau. Ils évoluaient dans la même cour, même si son interlocuteur semblait un chouilla plus jeune que lui ; détail pas si important que cela, au final, à partir du moment où il était attractif et consentant. Il se débarrassa de la carte, la reposant sur la table où il l’avait prise en arrivant, et se pencha en avant. « Carson, » se présenta-t-il en retour. « Je suis en ville depuis un petit moment déjà. » Cinq ans, pour être précis, comme le temps passe vite lorsque l’on n’y prête pas attention. Il se souvenait encore de ses premières semaines dans cette ville au moins trois fois plus grande que celle où il avait vu le jour ; cela n’avait pas été une paire de manche, alors s’il pouvait faciliter l’intégration du jeune Wade, il ferait un petit effort.

Il attrapa son verre et le porta à ses lèvres, sirotant une gorgée avant de relever à nouveau la tête vers sa compagnie de la soirée.
« Qu’est-ce qui t’amène à Chicago, si cela n’est pas indiscret ? » osa-t-il demander, histoire de faire la conversation, même si son envie primale était de l’emmener dans les toilettes de l’établissement pour qu’il lui fasse une petite gâterie. Heureusement qu’il avait appris à ne pas agir comme un parfait obsédé et qu’il savait se tenir en public. Il se racla la gorge en chassant cette pensée de son esprit avant d’offrir à Wade son plus chaleureux sourire. Tant pis pour le mystère, avoir l’air sympathique et engageant n’était pas trop mal non plus. « Tu connais déjà les meilleurs coins de Chicago, pour un nouveau venu, » commente-t-il avec un rictus amusé. Certes, les bars gays n’étaient pas aussi fréquents qu’à Los Angeles ou New York, mais l’établissement n’était pas si connu que ça. Donc à moins que Wade n’ait des connaissances en ville, il se demandait bien comment il avait été amené à prendre connaissance de cet endroit. A y réfléchir, lui-même ne se souvenait pas ce qui l’avait attiré par ici la toute première fois. Sans doute une conquête l’avait-elle mentionné au détour d’une aventure. Fichtre, sa mémoire commençait à lui faire défaut. L’âge, sans doute.

_________________
    I'll worship like a dog at the shrine of your lies.
    My Church offers no absolutes. He tells me, 'worship in the bedroom.' The only heaven I'll be sent to is when I'm alone with you. I was born sick, but I love it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wade Anderson

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 22/04/2013

Feuille de personnage
notepad:

MessageSujet: Re: Everyday I start so great then the sunlight dims.   Dim 29 Sep - 14:32

A la réponse de Carson un petit sourire vint se poser sur les lèvres de Wade. Il avait déjà fait mieux au niveau de ses pick-up lines mais il n'avait pas envie d'élaborer une stratégie régler à la phrase près ce soir. Pas envie non plus de tourner autour du pot pendant une heure même s'il n'allait pas non plus lui sauter dessus tout de suite, il avait quand même un poil de retenue même si les gens qui le connaissait le mieux en doutaient. "Carson..." répéta t'il en hochant la tête à l'encontre du professeur. "Enchanté." reprit il alors que d'un rapide coup d'oeil il passa en revue Carson qui ne semblait à première vue pas très musclé et plutôt fin mais Wade savait qu'il ne fallait pas s'attarder aux premières apparences. D'autant que les muscles ce n'était pas forcemment son turn on, tout dépendait de la personne en fait. Un serveur arriva avec son verre, Wade le remercia et prit une gorgée de son second whisky avant de reporter son attention sur Carson. "Mmh disons pour faire court que j'avais besoin de...m'éloigner." répondit le blond après quelques minutes de réflexion. C'était en partie vrai, il avait méchamment plongé durant ces dernières années dans une vie de débauche qu'il ne détestait certes pas, mais qui lui avait coûté son dernier petit ami. Mais s'il devait être honnête avec lui même, il n'avait pas tant que ça changé ses habitudes, il buvait juste un peu moins, il avait cependant arrêté de prendre toute substance illégale ce qui à bien y repenser n'était pas une si mauvaise idée, sauf quand sa mémoire décidait de lui rappeler ce qu'il avait perdu...Pour chasser ces pensées, et surtout une certaine personne de son esprit, il but à nouveau, ne finissant pas son verre mais s'il continuait dans sa lancée il risquait de ne plus être optimum le moment venu avec Carson. "Mais il me semble que tu viens de plus loin que moi non ? Anglais ?" Le petit accent, charmant au passage, ne lui avait pas échappé. Ça lui rappelait ses folles années en Europe, que de bons souvenirs. Il termina son verre qu'il posa sur la table et sourit à la constatation de Carson, il fallait qu'il remercie Samuel pour le coup car même si le professeur n'avait pas voulu sortir, il lui avait quand même donné quelques adresses où il pourrait passer du bon temps. "Je voudrais bien dire que j'ai trouvé le bar comme un grand mais mon pote chez qui je suis m'a parlé du bar et je dois avouer qu'il n'avait pas tort sur tout." répondit il tout en posant négligemment son pied à côté de celui de Carson. Il n'était d'ordinaire pas si subtil dans ses approches mais généralement cela se passait en boite de nuit où le rapprochement des corps choquait moins que dans un bar comme celui là. "Qu'est ce que tu fais dans la vie ?" demanda t'il, détournant briévement ses pensées vers autre sujet avant de porter l'attaque finale. Il ne voulait pas s'attarder trois plombes mais il n'était pas une bête non plus, il pouvait patienter, un peu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carson Haynes
Scientific discovery may not be better than sex, but the satisfaction lasts longer.
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 21/05/2010

Feuille de personnage
notepad:

MessageSujet: Re: Everyday I start so great then the sunlight dims.   Dim 13 Oct - 21:08

Il ne fallut décidément pas plus de quelques minutes à Carson pour se sentir à l’aise face à sa nouvelle compagnie. En plus d’être séduisant, il y avait quelque chose dans sa voix, grave et posée, de rassurant – pourtant, ça n’était pas un ressenti fréquent chez Haynes – comme s’il représentait complètement ce qu’il recherchait ce soir-là. D’ordinaire, il n’avait pas de profil particulier, il n’était pas un amant difficile, pourtant il n’aurait pas jeté son dévolu sur n’importe qui. Il avait croisé divers regards dans le bar mais avait choisi de s’attarder sur celui de ce grand blond athlétique, trois caractéristiques qui avaient leur importance désormais. « Je sais ce que ça fait de fuir des vieux démons, » articula-t-il, l’alcool ingurgité au cours de la soirée lui déliant la langue. Il ouvrit de grands yeux étonnés à sa question suivante, ne s’étant même pas rendu compte qu’il avait ressorti l’accent de sa mère depuis le début de la conversation. « A moitié seulement… » Il serait bien obligé de le garder maintenant, pour ne pas paraître stupide ; en outre, ça l’aiderait à garder un anonymat relatif. Si, après cette nuit, Wade comptait le retrouver, il aurait plus de mal s’il venait à décrire ‘un grand Britannique’ alors que Carson passait en général pour tout ce qu’il y avait de plus Américain. Il se dissimula derrière son verre le temps de le terminer dans une ultime rasade et sourit en le reposant sur la table basse. Il ne releva pas l’indication révélant que le blondinet partageait l’appartement d’un ami mais l’information n’était pas tombée dans l’oreille d’un sourd, loin de là.

Il fronça les sourcils brièvement avant de traiter sa dernière question. Il n’aimait pas la portée interrogatoire des premières rencontres, il n’aimait pas perdre son temps en banalités lorsqu’il était évident que chaque partie réclamait autre chose de l’entrevue.
« Disons que je ne suis pas un gigolo, j’ai un métier tout ce qu’il y a de plus honnête mais savoir lequel ne changera pas l’opinion que tu as déjà de moi. » Il esquissa un sourire pour ne pas paraître trop brusque. Il détestait parler de lui, c’était ainsi, alors il occultait le sujet. Il n’en avait après tout rien à faire de ce que Wade faisait, ou non, dans la vie ; il semblait propre sur lui, c’était bien là tout ce qui lui importait. Il le fixa un long moment en silence avant de se redresser sur son siège pour se pencher afin d’avoir accès à la cuisse du beau blond sur laquelle il posa une main. « Est-ce que ton ami est également de sortie, ce soir ? Car j’aimerais beaucoup poursuivre cette conversation ailleurs. » Mais pas chez lui. Jamais chez lui. Il avait tout un tas de règles de vie et ne jamais ramener une conquête d’une nuit dans sa maison était en position numéro un. Il se remit debout, toujours penché vers lui, son visage arrivant cette fois à hauteur du sien pour pouvoir lui murmurer à l’oreille. « Je parie que tu es encore plus beau sans tous ces vêtements inutiles. » Il pouvait d’ores et déjà l’imaginer, et ce qu’il voyait dans son esprit lui plaisait beaucoup.

_________________
    I'll worship like a dog at the shrine of your lies.
    My Church offers no absolutes. He tells me, 'worship in the bedroom.' The only heaven I'll be sent to is when I'm alone with you. I was born sick, but I love it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wade Anderson

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 22/04/2013

Feuille de personnage
notepad:

MessageSujet: Re: Everyday I start so great then the sunlight dims.   Mer 16 Oct - 19:30

Wade hocha la tête à la réponse de Carson, certains pouvaient se montrer bavard, souvent vantards d'ailleurs pour le coup, alors que d'autres, comme le bel Anglais, restaient assez discrets. A vrai dire la réponse lui importait peu, cela renforçait le mystère et le fantasme. A la limite, la seule chose qu'il voulait savoir c'était s'il était marié, ce genre de drames il avait déjà donné, non merci mais l'absence de bague le renseigna sans qu'il ait besoin de poser une question.

Le blond baissa le regard vers la main de Carson lorsqu'il la posa sur sa cuisse, un sourire étirant légèrement ses lèvres alors qu'il relevait la tête vers son amant d'un soir. Un frisson le parcouru, il anticipait déjà leurs ébats futurs, Carson savait ce qu'il voulait. Qu'il veuille aller ailleurs ne le surprit pas beaucoup, lui n'y portait que peu d'importance, car il avait tendance à bouger assez souvent, du moins à l'époque, quant à ce soir...eh bien techniquement ce n'était pas chez lui mais il n'avait pas à proprement parler de règles, tant qu'il ne se faisait pas Carson dans le salon il ne devrait pas y avoir de problèmes. Sauf que Samuel était probablement là bas entrain de comater sur son canapé. "Je suis sûr que je peux m'arranger..." répondit t'il, pensant qu'il devrait envoyer un texto pour prévenir Samuel de son arrivée prochaine. Carson se leva et il s'apprêtait à terminer son verre lorsque le professeur se pencha vers lui pour murmurer à son oreille. Un nouveau frisson le parcouru et il croisa le regard de Carson, luttant contre l'envie de l'embrasser la tout de suite ce qui risquait de ne pas être au goût de tout le monde. "Tu n'as pas idée..." répondit il, un voile de désir passant sur ses yeux. Lui aussi voulait découvrir Carson au niveau biblique de la chose, et le plus tôt possible serait le mieux.

Il posa quelques billets sur la table et montrant la sortie à Carson s'éloigna avec lui vers le parking où ils attendirent un taxi. Wade en profitant pour envoyer un texto à Samuel, lui promettant de faire ménage et tout pendant un mois, avant de céder à deux mois face à la négociation du blond. Deux mois de corvées pour une partie de jambes en l'air, Wade avait connu mieux comme marché mais à vrai dire il s'en fichait un peu, et surtout ses pensées furent rapidement déviées de ce train de penser lorsqu'ils montèrent dans le taxi et que Wade annonça la rue. Ayant du mal à garder ses mains pour lui, il ne se priva pas pour toucher, discrètement, Carson, restant cependant assez sage pour ne pas se faire virer du taxi. Le trajet heureusement ne fut pas trop long et après avoir réglé la course, les deux hommes se dirigèrent vers l'immeuble. Dans l'ascenseur Wade ne tint plus et prenant le visage de Carson dans ses mains il l'embrassa à pleine bouche. Vu l'heure tardive ils ne risquaient pas de croiser quelqu'un. Après de nombreux baisers fiévreux, ils arrivèrent enfin à l'étage et Wade s'engouffra dans l'appartement. Il vérifia rapidement si Sam se trouvait dans le salon, ce qui n'était pas le cas et se retourna vers Carson, lui faisant un signe de la main pour qu'il le suive. Il l'emmena dans sa chambre, ancien bureau et pièce fourre tout de Samuel. La porte fermée il se retourna vers le professeur, se débarassant de sa veste qu'il jeta sur une des chaises. "Comme je le disais ce n'est pas chez moi mais on ne devrait pas être dérangés..." dit il avec un sourire alors qu'il déboutonnait les premiers boutons de sa chemise, avec une lenteur bien précise histoire de faire monter la pression...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carson Haynes
Scientific discovery may not be better than sex, but the satisfaction lasts longer.
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 21/05/2010

Feuille de personnage
notepad:

MessageSujet: Re: Everyday I start so great then the sunlight dims.   Sam 26 Oct - 16:27

S’il n’aimait pas s’éterniser en bavardages inutiles avec ses conquêtes, il devait avouer que cette entrevue se déroulait à une rapidité quasi déconcertante. Il se souvenait à peine d’avoir commandé son premier verre qu’il se retrouvait propulsé à l’arrière d’un taxi blanc avec un semi-inconnu. Cela faisait un petit moment que ça ne lui était pas arrivé, peut-être avait-il perdu l’habitude – ou en avait-il trouvé d’autres – mais il eut un instant d’hésitation en croisant le regard du chauffeur dans le rétroviseur. Il ne se sentait pas au meilleur de sa forme depuis quelques temps, mais cela ne signifiait pas qu’il devait faire la paix avec ses anciens démons, Alcool et Sexe, il aurait dû rester chez lui, faire un jogging dans le parc voisin, histoire d’éviter les remords du petit matin. Il dévia la trajectoire de ses yeux clairs sur son voisin de siège qui pianotait sur son téléphone et esquissa un sourire. L’intérieur de ses cuisses, vraisemblablement musclées, lui intimait le contraire. La luxure était un péché mortel, mais là encore, Carson Haynes n’avait jamais été un homme de grande foi. Il reporta brièvement son attention sur le chauffeur qui ne le dévisageait plus et se racla la gorge. Il pouvait les juger tant qu’il voulait – deux hommes pouvaient se promener seuls dans les rues de Chicago le soir, toutefois la règle générale voulait qu’ils se rendent dans des bars ou boîtes de nuit, pas dans des appartements privés – il n’en avait strictement rien à faire ce soir. La double dose de vodka ingérée depuis le début de soirée faisait voler en éclats ses scrupules pourtant constamment existants. Il n’avait pas envie de réfléchir à l’image qu’il reflétait chez les autres, il souhaitait tout simplement passer du bon temps en compagnie de quelqu’un qui le désirait physiquement. La portée superficielle de la chose était importante. Un coup d’un soir était un coup de soir. Aucune promesse faite dans le noir, aucun regard trop insistant. Du sexe pour du sexe.

Focalisé sur l’arrière-train parfaitement moulé dans le jean de son compagnon de la soirée, le professeur ne fit guère attention à leur nouvel environnement. S’il était de façon générale une personne intelligente, il perdait la majorité de ses facultés de réflexion sitôt mis en rapport avec un corps attrayant et attiré. Pour ne pas dire la totalité de ces dernières. Il fut pris de court lorsque Wade se jeta sur lui pour s’emparer de ses lèvres, alors qu’ils n’étaient pas encore arrivés à l’intérieur de l’appartement. Il répondit distraitement, n’osant lui dire qu’il n’était pas très friand des baisers. En outre, aussi passionné fut-il, sa bouche ne pouvait hélas pas rivaliser avec celle qu’il avait dernière connue, et cela le frustra grandement. Il détestait se rappeler à des souvenirs pareils durant des moments qui requéraient sa plus totale attention. Il suivit son amant du jour à travers l’appartement, n’ayant d’yeux que pour lui afin d’occulter toute distraction malvenue. Même une fois parvenu dans la pièce qui serait très prochainement le témoin silencieux de leurs ébats, il ne cilla pas ni ne jeta un coup d’œil alentour. Il se focalisa sur Wade, duquel il se rapprocha pour l’aider avec cette chemise qui n’était plus qu’un fâcheux désagrément. Une fois le vêtement ouvert, il glissa une main curieuse sur sa hanche, la caressant longuement du bout des doigts avec un sourire en coin.
« Je ne t’avais pas imaginé aussi mince, » souffla-t-il à son oreille avant de descendre sa main au niveau de sa ceinture dont il le débarrassa dans des gestes adroits. Il ôta sa veste afin de se mettre plus à l’aise puis repartit à l’assaut de ses fines lèvres tandis que d’une main glissait dans son sous-vêtement, il débutait les préliminaires d’une nuit qui promettait d’être mouvementée.

_________________
    I'll worship like a dog at the shrine of your lies.
    My Church offers no absolutes. He tells me, 'worship in the bedroom.' The only heaven I'll be sent to is when I'm alone with you. I was born sick, but I love it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wade Anderson

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 22/04/2013

Feuille de personnage
notepad:

MessageSujet: Re: Everyday I start so great then the sunlight dims.   Mer 20 Nov - 22:42

Quand Carson se rapprocha de lui pour l'aider à retirer sa chemine, Wade se lassa faire, se retenant de passer ses mains sur le corps du professeur. Il frissonna lorsque Carson passa sa main avec lenteur sur son torse, la suivant du regard avant de plonger son regard dans celui de Carson, un sourire se formant sur ses lèvres à sa remarque. "Je te promet de compenser pour ça..." répondit il en faisant glisser la chemise qui tomba au sol derrière lui. Son corps était marqué par les années d'abus même s'il reprenait du poil de la bête depuis son arrivée à Chicago. Si on cherchait bien, on pouvait même trouver de vieilles marques, témoins de ses anciennes addictions mais dans la pénombre de la chambre, le blond ne s'en inquiéta pas. D'autant que Carson le replongea dans le moment présent, defaisant sa ceinture avant d'enlever sa veste. Wade répondit à son baiser, un gémissement lui échappa en réponse à la caresse du professeur, avalé par ce dernier. Wade posa ses mains sur les épaules de Carson, ses doigts se crispant autour au rythme des caresses du brun. Leur baiser devint un échange passionné, Wade fit descendre ses mains le long du torse de Carson avant de refaire le chemin inverse mais cette fois ci sous les vêtements du professeur, découvrant le torse finement dessiné de son amant d'un soir avec un plaisir non dissimulé. Il mordilla lèvre inférieure de Carson et rompit leur baiser, le temps de lui retirer sa chemise, ne prenant pas le temps de défaire tous les boutons, juste assez pour qu'il puisse la lui retirer. Il n'attendit pas une seconde avant de s'attaquer à son torse, léchant, mordillant alors que ses mains descendaient sur les fesses du professeur, les caressant sans gène. Lentement, il recula vers le lit, entrainant Carson avec lui avant de buter contre. Il posa une main sur le torse du professeur puis s'assit au bord du lit, sa main descendant avec lenteur pour s'arrêter au niveau de la ceinture qu'il défit avant de s'attaquer aux boutons du pantalon, ses lèvres s'étirant en un sourire, tel un prédateur qui découvre sa proie. Il jeta un rapide coup d'oeil à Carson et sans plus attendre, usant de ses lèvres et sa langue, prodigua une lente caresse au professeur, déterminé à le rendre dingue et surtout à montrer ses talents à son amant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carson Haynes
Scientific discovery may not be better than sex, but the satisfaction lasts longer.
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 21/05/2010

Feuille de personnage
notepad:

MessageSujet: Re: Everyday I start so great then the sunlight dims.   Lun 25 Nov - 22:02

Carson esquissa un sourire presque gêné à la réponse de Wade, ne s’attendant pas à ce qu’il le prenne comme une remarque négative. Il avait annoncé cela sur le ton de la conversation, histoire d’échanger des banalités et de rendre le moment moins impersonnel. C’était nouveau chez lui, cette tendance à vouloir discuter avec ses conquêtes là où, quelques mois auparavant, le moindre échange verbal l’agaçait au plus haut point. « Je n’ai rien contre les minces, » le rassura-t-il maladroitement en faisant glisser ses doigts le long de son torse durant le baiser qui suivit. Il avait même l’habitude des corps frêles, désormais. Bien que celui de Wade n’eût rien de comparable à celui de Baxter, plusieurs centimètres les séparaient tant en hauteur qu’en tour de taille. Beaucoup de changements s’effectuaient dans son existence, il ne le remarquait que sur le tard, ils étaient arrivés trop naturellement pour qu’il ne le fît avant. Ses longues mains caressèrent longuement le corps de moins en moins vêtu de son amant, il se pressa contre lui en l’embrassant dans des bruits de bouche peu discrets, signes de son désir de découvrir un peu plus son compagnon de la soirée. Mais pas d’un point de vue émotionnel. Il se laissa entraîner en direction du lit, ne rompant jamais le contact entre leurs lèvres jusqu’à ce que Wade en décidât autrement. L’usage qu’il fit alors des siennes plut énormément au professeur qui plongea ses doigts dans les cheveux clairs de son hôte, s’y agrippant tandis qu’il tâchait tant bien que mal de contenir ses gémissements de plaisir. L’heure qui suivit prouva à Carson que Wade n’était pas menteur, qu’il savait tenir ses promesses puisqu’il compensa plus que largement son physique « délicat » - qui ne l’était pas, au final – durant le temps qu’ils passèrent dans et autour de son lit. Leurs ébats furent si bruyants que ni l’un ni l’autre n’entendit le propriétaire des lieux rentrer chez lui, ils n’existaient que dans leur bulle de plaisirs partagés et d’envies assouvies.

En bon amant d’un soir qu’il était, Carson ne s’éternisa pas dans les bras du grand blond ; sitôt son affaire faite et son compagnon au moins autant satisfait que lui, il s’extirpa hors des draps puis vint s’installer sur le rebord du lit après avoir rassemblé ses affaires pour se rhabiller.
« Tu n’aurais pas une cigarette par hasard ? » Il aimait fumer après le sexe, ça achevait de le détendre et il pouvait conquérir le monde après cela. « Enfin, si on peut s’en griller une chez ton pote, » ajouta-t-il en se remettant sur pieds pour remonter son pantalon sur ses hanches. Il se retourna pour lui faire face tout en refermant distraitement sa ceinture. Ses gestes étaient dictés par l’habitude, il pouvait prétendre à un titre dans le Guiness Book des Records dans la catégorie de ceux qui déguerpissaient le plus rapidement de leurs lieux de crimes. Même si le seul crime qu’il avait commis cette nuit-là était contre le sommeil des voisins. Il espérait d’ailleurs, pour leur bien, que les murs n’étaient pas si fins qu’ils n’en avaient l’air, car tout l’immeuble devait être au courant de ce qui s’était passé à cet étage à l’heure qu’il était. Il se réinstalla sur le bord du lit pour enfiler sa chemise et la reboutonner, ses jambes encore tremblantes à cause des efforts déployés durant l’acte – ou plutôt les actes – puis se passa une main dans les cheveux, afin de leur rendre une forme à peu près potable grâce aux perles de sueurs qui servaient de gel naturel. Il fallait vraiment qu’il les coupe, cela devenait un peu tragique.

_________________
    I'll worship like a dog at the shrine of your lies.
    My Church offers no absolutes. He tells me, 'worship in the bedroom.' The only heaven I'll be sent to is when I'm alone with you. I was born sick, but I love it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wade Anderson

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 22/04/2013

Feuille de personnage
notepad:

MessageSujet: Re: Everyday I start so great then the sunlight dims.   Mar 26 Nov - 20:05

Entre les bras de Carson, Wade oublia le monde qui les entourait. Le sexe avait toujours était pour lui un moyen de s'abandonner, de se refermer sur lui même même s'il partageait quelque chose d'intime avec un autre. Plus rien ne comptait excepté son amant d'un soir et lui. Et encore au fil des années, il s'était concentré sur son partenaire, tenant à ce qu'il prenne autant de plaisir que lui. Il fallait bien entretenir une réputation...Et puis Carson était loin d'être un nouveau dans le genre, le blond le réalisa lorsqu'il eu le temps de former une pensée cohérente, avant de replonger dans la fièvre de leurs ébats, ne se rendant même pas compte que Sam était rentré et n'ayant pas vraiment de considération pour lui au niveau de ses prouesses vocales. Bah, il pourrait toujours s'excuser le lendemain matin avec des croissants et du café qu'il lui emménerait même dans son lit.

Leurs ébats terminés, Wade se tourna sur le dos, observant Carson se rhabillait, un mince sourire sur ses lèvres. Il n'était pas de ceux qui s'offusquaient lorsque leurs amants ne restaient pas jusqu'au petit matin. Il n'était cependant pas de ceux qui chassaient leurs conquêtes, il n'avait rien contre un peu d'action le matin, il était toujours d'humeur pour ces choses là. "Attends il doit m'en rester..." dit il en se redressant, le drap glissant sur sa peau mais Wade n'en ressentit aucune pudeur, et il se pencha vers ses affaires amassées en un tas informe au pied du lit, poussant un petit cri de victoire après avoir mit la main sur son paquet et son briquet. Il se rapprocha de Carson et lui en tendit une, souriant à sa question. "T'inquiète, il ne sentira rien." répondit il simplement. Wade ne fumait pas dans l'appart', juste sur le balcon et quelques fois dans sa chambre, bravant un peu l'interdit mais Samuel laissait couler. Tant qu'il ne mettait pas le feu...Wade laissa Carson choisir une cigarette mais la lui alluma avant d'en faire de même. Il reprit sa position initiale, se recouvrant du drap jusqu'au niveau de ses hanches, histoire de ne pas chopper froid. "Je dois dire que je ne suis pas mécontent de notre petite rencontre...je dois t'avouer que je ne pensais pas que ça serait si..." il ne complêta pas sa phrase, Carson avait comprit. Et ce n'était pas faux, même si le bar où ils s'étaient rencontrés était classe, Wade avait l'habitude d'endroits qui l'étaient beaucoup moins, et la 'qualité' de ses partenaires s'en trouvait ressentie. Mais avec Carson, il avait choisi le bon. Dommage que leur rencontre ne soit cantonnée qu'à une seule nuit, il n'aurait pas eu de problème à remettre la chose à un autre soir. Mais c'était le jeu des rencontres de bars, ce n'était pas là qu'on rencontrait sa moitié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carson Haynes
Scientific discovery may not be better than sex, but the satisfaction lasts longer.
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 21/05/2010

Feuille de personnage
notepad:

MessageSujet: Re: Everyday I start so great then the sunlight dims.   Dim 1 Déc - 22:37

Les moments qui suivaient les parties de jambes en l’air avaient chaque fois un arrière-goût étrange, voire désagréable, pour Carson, qui préférait les raccourcir un maximum, s’il n’arrivait pas à les éviter tout simplement en se carapatant avant que sa conquête ne se réveillât. Cette nuit-là, il n’avait pas même pas attendu le sommeil, il était venu pour faire son affaire et ne souhaitait pas échanger plus de banalités que cela avec son amant, aussi performant et attrayant eut-il été. « Merci, » articula-t-il en extirpant une cigarette du paquet tendu et en la coinçant entre ses lèvres. Il attendit sagement le briquet mais Wade le surprit en l’allumant directement. Quelle galanterie. Il esquissa un sourire reconnaissant, ses yeux rivés sur son visage durant quelques secondes tandis qu’il tirait de longues lattes, expirant la fumée sur le côté de sa bouche pour ne pas lui envoyer dans la figure. Il se frotta l’intérieur de son œil droit dans une grimace lorsque Wade se mit à bredouiller des conneries dont il n’avait pas besoin. C’était sympathique, il appréciait l’intention, toutefois il était inutile de booster son égo qui se portait plutôt bien de ce côté-là. « Quoi ? Je ne donne pas l’impression d’être bon au pieu au premier abord ? » le taquina-t-il en se remettant sur pieds. Il laissa son regard profiter de la vue qu’il offrait, là, sur son lit, à la fois imposant et vulnérable. Il était décidément bel homme, il n’aurait pas non plus dit non à un second acte avec lui ; mais il s’était fait la promesse de retrouver ses démons d’antan, de ne plus manger deux fois au même râtelier, sauf exception. Et aussi appétissant fut Wade, il n’était pas une exception. Ils n’étaient pas destinés à se revoir après ce soir, il en était ainsi.

Debout, il se mit à faire le tour de la pièce plongée dans une semi-pénombre qui l’empêchait de se faire une idée correcte du style de la décoration. Il se rapprocha d’une étagère, histoire d’avoir un aperçu des goûts de son hôte en matière de littérature, cependant son regard fut attiré par un cadre, une photographie sportive, un joueur de baseball en pleine action. Il fronça les sourcils en reconnaissant un arrière-train qui lui était familier et qu’il aurait certainement pu trouver attractif, dans d’autres circonstances. Il aurait préféré ne l’avoir jamais vu de sa vie, néanmoins il ne pouvait prétendre ne pas l’avoir eu dans son champ de vision une centaine de fois depuis qu’il enseignait à Chicago. Ses yeux firent le tour de la bibliothèque et s’attardèrent sur chaque photo exposée, son cœur battant à tout rompre dans sa poitrine. Il était à deux doigts de l’attaque cardiaque lorsqu’il se retourna sur Wade, un sourire crispé aux lèvres.
« Comment as-tu dit que ton coloc s’appelait, déjà ? » Il savait qu’il n’était pas son colocataire, mais il n’était pas en mesure de réfléchir à un terme plus adéquat, tout comme il savait qu’il ne lui avait jamais donné cette information. Il l’aurait retenue si elle s’était avérée un tant soit peu importante. Le sort semblait s’acharner sur lui et, si ses soupçons s’avéraient fondés, il s’apprêtait à l’achever violemment.

_________________
    I'll worship like a dog at the shrine of your lies.
    My Church offers no absolutes. He tells me, 'worship in the bedroom.' The only heaven I'll be sent to is when I'm alone with you. I was born sick, but I love it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wade Anderson

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 22/04/2013

Feuille de personnage
notepad:

MessageSujet: Re: Everyday I start so great then the sunlight dims.   Mer 18 Déc - 21:13

A la question de Carson Wade eut un petit sourire avant de secouer la tête. "Non, au contraire, je suis venu vers toi pour une raison" répondit il en conservant son sourire. Bien que Carson et lui n'avaient échangés que des broutilles, ils savaient l'un comme l'autre à quoi s'en tenir. Ils cherchaient tous deux la même chose et ils l'avaient trouvée. Tout s'arrêtait là. Cela faisait un moment qu'il n'avait pas eu de sexe anonyme, lui qui avait transformé cela en un sport durant sa jeunesse était finalement tombé dans les bras d'un seul et il se demandait encore si ça avait été une bonne chose. La réponse dépendait des jours et de son état d'esprit du moment. La dernière fois c'était Sam et encore avant lui...Il eut un léger soupir, ça ne servait à rien de remuer le passé, autant le laisser où il était.

Wade observa sans dire un mot le professeur évoluer dans la pièce, fumant distraitement sa cigarette, pensant justement au deal qu'il avait passé avec Sam, sans pour autant le regretter..."Hein ? Je te l'ai pas dit je crois, il s'appelle Samuel." répondit il avant de froncer des sourcils et de se remettre en position assise. "Pourquoi ? Ne me dis pas que tu le connais..." Pas que cela l'aurait dérangé le moins du monde, Wade n'était pas du genre honteux à cacher ses conquêtes mais il trouvait étrange une telle coïncidence, mais surtout il irait en toucher deux mots à Sam pour lui avoir caché un tel trésor...A moins que les deux n'ai fricoté ensemble mais pour une raison qui lui semblait inconnue, il ne voyait vraiment pas les deux hommes ensemble..."Tu sais il a un de ces visages familiers..." reprit Wade en se levant pour rejoindre Carson. "...qu'on a l'impression de voir partout..." Wade remarqua alors le regard du professeur qui visiblement ne semblait pas prendre la chose le mieux du monde. Le blond tenta alors de se souvenir si vraiment Sam lui avait parlé de lui, même s'il doutait qu'il l'aurait oublié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carson Haynes
Scientific discovery may not be better than sex, but the satisfaction lasts longer.
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 21/05/2010

Feuille de personnage
notepad:

MessageSujet: Re: Everyday I start so great then the sunlight dims.   Lun 6 Jan - 22:26

La soirée s’était très bien passée, mieux que la plupart des coups d’un soir auxquels Carson était habitué. Wade avait été une compagnie, un hôte et un amant de grande qualité, il l’aurait recommandé à qui aurait demandé. Il lui avait fait redécouvrir son goût pour les grands blonds et l’avait diverti de la plus belle des façons. Oui mais voilà, Haynes traversait une zone de turbulences dans son existence et aucun moment ne pouvait demeurer attractif suffisamment longtemps, il fallait tôt ou tard qu’un détail vienne assombrir le tableau. L’information donnée par Wade le frappa en pleine poitrine, le faisant moralement tituber, ce qui résulta en un rire guttural qui n’avait rien d’amusé ni d’amusant. Il joua nerveusement avec le filtre de sa cigarette, ne sachant plus où se mettre. Il fallait qu’il se tire d’ici au plus vite, il ne pouvait pas rester sous ce toit une minute de plus. Néanmoins, il ne devait pas laisser transparaître son trouble, au risque de rendre l’instant encore plus désagréable. Il renifla bruyamment puis tourna la tête vers le maître par procuration des lieux, tâchant de garder une expression avenante sur son visage. Heureusement qu’il faisait sombre. « Tu as raison, ça doit être ça. » Il esquissa un sourire en hochant la tête. « Il a un visage quelconque, j’ai dû le confondre avec quelqu’un d’autre… »

Il avait beau réussi à conserver un ton détaché en s’exprimant, il savait que sa couverture ne tiendrait pas plus longtemps. Son rythme cardiaque s’était considérablement accéléré lorsqu’il avait découvert chez qui il se trouvait – chez qui il avait eu des relations sexuelles gays ! – et son anxiété crevait désormais le plafond, tant et si bien qu’il ignorait comment il parvenait à garder son calme. L’instinct de conservation, sans doute. « J’ai passé un excellent moment, » commença-t-il en se tournant vers Wade, ne sachant que faire de sa cigarette désormais consumée entre ses doigts. « Merci pour la compagnie. » Il lui toucha maladroitement l’épaule, incapable de réagir de manière cohérente à cause de l’angoisse d’être découvert par son pire ennemi, même si Wade lui avait assuré que le propriétaire des lieux n’était pas présent cette nuit-là. Il était d’ordinaire détendu au moment de faire ses adieux à ses conquêtes, il ne se reconnaissait pas ce soir et agissait comme un débutant. Il était temps qu’il se ressaisisse. « Bonne continuation à toi, » lui souhaita-t-il en se penchant légèrement pour le saluer d’un baiser sur la joue, chose qu’il ne faisait jamais au grand jamais avec ses amants de passage. Il le gratifia d’un nouveau sourire, coincé, avant de sortir de la pièce et de repartir par là où il était arrivé, sans demander son reste. Il ne respira qu’une fois une dizaine de mètres instaurés entre lui et l’immeuble duquel il se jura de ne plus jamais approcher de toute son existence.

_________________
    I'll worship like a dog at the shrine of your lies.
    My Church offers no absolutes. He tells me, 'worship in the bedroom.' The only heaven I'll be sent to is when I'm alone with you. I was born sick, but I love it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Everyday I start so great then the sunlight dims.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Everyday I start so great then the sunlight dims.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rusted Great Sword - Wonr Great Sword
» The Start of the Laser Disk Games in arcade
» Great Mahou Daisakusen (Dimahoo) Astuce & Bios traduc
» SNES - Bouton Start de la manette
» The Great War In Europe: Deluxe Edition - GMT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H a l f - E d u c a t e d :: Chicago :: Chicago-
Sauter vers: